• L'Histoire s'écrit en ce moment au Tibet.

    Alors que s'ouvrait le 18ème congrès du Parti Communiste Chinois, les immolations au Tibet, se sont succédées de façon alarmante, atteignant  le nombre de 72 confirmées depuis 2009.

    Les dernières personnes s'étant immolées sont :

    -Tamdin Tso, laïque de 23 ans, immolée et décédée le 7 Novembre à Rebkong
    -Kelsang Jimpa, moine de 18 ans, immolé le 8 Novembre à Rebkong (sans nouvelles)
    -Gonpo Tsering, laïc de 19 ans, immolé et décédé  le 11 Novembre à Lushoe
    -Nyingkar Tashi, 24 ans, immolé le 12 Novembre à Rebkong (sans nouvelles)
    -Nyingchag Bum, laïc de 20 ans, immolé et décédé le 12 Novembre à Rebkong

    Le 9 Novembre, on apprenait que plus de 10 000 personnes, principalement des étudiants sont descendus dans les rues de Rebkong, au Nord Est du Tibet depuis 2 jours. La présence policière s'est intensifiée, mais les camions militaires ont été un temps bloqués par la foule qui devenait de plus en plus importante. Lors de cette situation très tendue, les étudiants scandaient des slogans appelant à la liberté au Tibet et au Retour du Dalaï Lama. 

    Le 8 Novembre, environ 700 collégiens ont mis à bas les drapeaux chinois présents sur les bâtiments de leurs écoles et sur les bâtiments du gouvernement de la municipalité de Dowa.

    Le 11 novembre, un groupe de Tibétains de Tsolho dans la région de Ba (Est du Tibet), répondant à la manifestation de Rebkong, ont pris part à une marche pacifique de 40km , appelant à la Liberté et souhaitant une longue vie au Dalaï Lama. (Photos : Phayul)


    La presse francophone semble être sortie de son indifférence globale, publiant plusieurs articles ces derniers jours, notamment au sujet des immolations (le Monde, Courrier International, Le Figaro, France 24, Rue 89 et encore Rue 89, NouvelObs. Signalons aussi l'émission à venir le 15 Novembre sur France 2 "Envoyé Spécial : Les immolés du Tibet").

    Si l'on peut se réjouir que la presse s'intéresse à nouveau (timidement) au Tibet, on peut regretter que le sujet soit peut être trop traité sous un angle religieux. Les immolations sont le fait de moines ET de laïcs. Les dernières immolations en sont bien l'exemple. Avant d'être des moines ou des laïcs, les personnes qui choisissent de s'immoler sont des individus, des jeunes, des parents, des nomades, des fermiers, des étudiants. Ces actes ne sont pas réalisés comme religieux mais comme des actes de défiance politique. Les Tibétains et Tibétaines qui se sont immolé-es ne l'ont pas fait au nom d'une religion mais pour réclamer la liberté de leur pays et de leur peuple. De même, les médias relatent plus les faits relatifs aux immolations, se questionnant sur l'attitude appropriée ou non du Dalaï Lama (oubliant parfois au passage que c'est maintenant un Premier Ministre laïc, Lobsang Sangay, qui est le représentant du peuple tibétain), et passent à la trappe les manifestations rassemblant des milliers de personnes, qui, dans la situation de répression actuelle, nécessitent également un immense courage.

    La réalité du Tibet aujourd'hui, ça n'est pas seulement une spirale dramatique d'immolations, mais aussi une population sous occupation coloniale qui se soulève contre un régime, déchire ses drapeaux et défie son armée en marchant pacifiquement.

     

    Nous devons soutenir de toutes nos forces la lutte courageuse et déterminée du peuple Tibétain. Nous devons rendre hommage aux personnes qui se sont immolées, nous devons envoyer le message aux Tibétains vivant sous l'occupation chinoise qu'ils sont entendus et soutenus.

    Vive la lutte du peuple Tibétain !

    Vive la Tsampa Revolution !

    A Bas la Chine Colonialiste et sa Répression !

    Le Tibet sera Libre !





    1 commentaire
  • Le 7 novembre 2012, se sont rassemblés devant l’Ambassade de Chine à Paris des Tibétains et militants de la cause tibétaine pour alerter sur la situation au Tibet et dénoncer son occupation par la Chine alors que s’ouvre à Pékin le  18ème  Congrès du Parti Communiste Chinois qui verra la transmission du pouvoir au nouveau président Chinois Xi Jinping, succédant à Hu Jintao.

    Action devant l’ambassade de Chine à Paris à la veille de l’ouverture du congrès du PCC

    Une quinzaine de Tibétains et supporters (dont cinq personnes qui se sont enchaînées) se sont postés devant la porte de l’ambassade de Chine, avant d’être interpelés par la Police et embarqués pour un contrôle d’identité. Ils avaient déployé des drapeaux tibétains, répandu des tracts et crié des slogans comme « Liberté pour le Tibet », « La Chine hors du Tibet », « Xi Jinping Assassin » « 67 immolations ça suffit ». Ils portaient également des pancartes reprenant les messages de Tibétains récemment morts suite à des immolations au Tibet, tel « La vie est dépourvue de sens si nous ne faisons rien pour le Tibet ».

    Cette action était organisée dans le cadre d’une mobilisation internationale coordonnée par le réseau Students for a Free Tibet dont sa branche française à Paris.


    Le but de cette mobilisation dans le cadre de la campagne  « Tibet, un défi pour Xi Jinping » était de maintenir une pression et une attention sur la situation dramatique que connait actuellement le Tibet : une vague atteignant maintenant 67 immolations par le feu de Tibétains depuis 2009 pour protester contre l’occupation chinoise du Tibet et l’absence de libertés. A cette vague d’immolations les autorités chinoises répondent par une terrible répression de toute manifestation, des arrestations et disparitions forcées.

     « Chaque président chinois a eu affaire à des périodes de haute tension qui se sont toujours soldé par une forte répression. Nous souhaitons que Xi Jinping soit le dernier président chinois d’une Chine occupant le Tibet et réprimant les libertés» a déclaré Anne Wachowiak, co-présidente de Students for a Free Tibet-France (Etudiants pour un Tibet Libre).

    Action devant l’ambassade de Chine à Paris à la veille de l’ouverture du congrès du PCC

    « À la vielle dû 18ème congrès du PCC en Chine 4 personnes dont 3 adolescents se sont immolés par le feu au Tibet. Cela fait 67 depuis 2009. Cette situation dramatique, c’est le gouvernement chinois qui en porte la responsabilité. Nous continuerons à agir pour soutenir nos frères et sœurs restés au Tibet qui luttent courageusement pour la Liberté. La France, l’Europe et la communauté internationale doivent agir en urgence pour le Tibet ! » ajoute Tenam, co-président de Students for a Free Tibet-France.

    Action devant l’ambassade de Chine à Paris à la veille de l’ouverture du congrès du PCC

     Les 14 militant-es interpellé-es ont été relaché-es quelques heures plus tard.

    On ne lâchera rien. Le Tibet sera Libre !


    4 commentaires
  • Le son du chanteur Coréen Psy qui n'en finit plus de buzzer et d'être repris ou parodié, après la version de l'artiste dissident Ai Weiwei a maintenant sa version pro-tibétaine métant en scène le nouveau dirigeant chinois Xi Jinping. In Your Face !

     


    1 commentaire
  • Manifestation pour le Tibet 31 octobre 2012 à Paris

     

    Alors que le nombre de Tibétains s'immolant par le feu pour la liberté au Tibet approche 60, SFT France appelle tout-es celles et ceux qui soutiennent la liberté et la justice à nous rejoindre pour marquer leur solidarité avec les Tibétains à l'intérieur du Tibet. Nous devons leur faire savoir que nous les soutenons dans leur lutte pour la liberté!

    En ce Lhakar du 31 octobre, SFT France organise une manifestation et une veillée aux bougies prés de la Fontaine Stravinsky à coté du Centre Pompidou, Beaubourg à Paris.
     
    As the number of Tibetans burning their own body for freedom in Tibet nears 60, SFT France request everyone who stands for liberty, for justice to join us as a mark of our solidarity with the Tibetans inside Tibet. Let them know that we are with them and we stand with them in their struggle for freedom!

    On the Lhakar of 31 oct, SFT France will organise a protest and a candle light vigil near the fountain by Beaubourg, Centre Pompidou.
    Join us!
     
    Quand ? 17H30-20H Mercredi 31 octobre ,
    Où ? Fontaine Stravinski (Beaubourg) à côté du Centre Pompidou, Paris
     

    Télécharger l'affiche au format PDF en cliquant sur ce lien




    votre commentaire
  • Des heurts ont opposé samedi soir policiers et opposants à un projet de raffinerie de pétrole à Ningbo, dans l’est de la Chine, selon des informations de presse partiellement confirmées dimanche par les autorités locales.

    http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/062.jpeg

    La police a fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui protestent depuis près d’une semaine contre la future raffinerie, un projet de 55,9 milliards de yuans (6,9 milliards d’euros) d’une filiale du géant chinois du pétrole Sinopec.

    Des photos publiées sur le site www.molihua.org qui recense les manifestations sociales en Chine montrent des manifestants face à des milliers de policiers anti-émeutes.

    Dans un communiqué publié dimanche sur son site internet, les autorités de l’arrondissement de Zhenhai ont dénoncé des activités inappropriées comme des rassemblements illégaux et des émeutes qui ont entravé gravement le travail et la vie de la population et affecté sérieusement le développement et la stabilité.

    Les autorités locales ont donné l’ordre à la police de maintenir la stabilité conformément à la loi, un euphémisme désignant généralement une répression musclée contre les fauteurs de troubles.

    Les riverains s’inquiètent des effets sur leur santé de la raffinerie, qui produira également de l’éthylène, ainsi que des évictions forcées de plusieurs milliers d’entre eux pour faire place à l’usine, selon la presse chinoise.

    Lors d’une réunion de crise samedi, des responsables locaux ont rappelé que le projet n’avait toujours pas été formellement autorisé et se sont déclarés disposés à écouter les opposants, précise le communiqué officiel.

    Selon les médias de Hong Kong, de nombreux véhicules, dont des voitures de police, ont été renversés et plusieurs policiers blessés lorsque des manifestants ont attaqué un poste de police à coups de pierres et de briques.

    Les responsables des autorités locales contactés par l’AFP n’ont pas donné suite.

    Selon un habitant de Zhenhai ayant requis l’anonymat, les manifestants se sont rassemblés dimanche devant le siège du gouvernement local et ont défilé pacifiquement.

    Il y avait environ 1.000 personnes aux abords du siège des autorités du district quand je suis arrivé ce matin, a-t-il dit. La marche s’est poursuivie dimanche après-midi sous haute surveillance policière.

    La police estime que des rumeurs infondées faisant état de la mort d’un étudiant à la suite de violences policières sont à l’origine des émeutes.

    Ces personnes qui font circuler des rumeurs infondées selon lesquelles la police a battu à mort un étudiant ont un impact social désastreux, a déclaré la police de Zhenhai sur son microblog.

    "Après enquête, il s’avère qu’une femme a colporté la rumeur. (Elle) sera considérée conformément à la loi. La police exhorte les citoyens à ne pas croire ces rumeurs et à ne pas les répandre", a-t-elle ajouté.

    Les mouvements de protestation contre la construction d’usines polluantes se sont multipliés ces dernières années en Chine, où l’environnement s’est dégradé après trois décennies d’industrialisation effrénée.

    Début juillet, un projet d’usine métallurgique avait été stoppé dans la ville de Shifang de la province du Sichuan (sud-ouest) après plusieurs jours de heurts entre la police et des centaines de manifestants.

    Source : AFP Lire aussi l'article de François Bougon du journal  Le Monde

     Des masques de V pour Vendetta : les Anonymous gagneraient ils la Chine ?

     Dans la manifestation, les fameux masques de V pour Vendetta : les Anonymous gagneraient ils la Chine ?

    Une vidéo de la manifestation



    On notera la présence de drapeaux de la République Populaire de Chine mis à l'envers. Ce symbole est souvent signe de détresse, de défiance ou de refus du pouvoir en place (voir par exemple aux USA dans les manifestations contre la guerre). Il semblerait que le nationalisme et le chauvinisme Han, souvent utilisés pour canaliser la colère des populations et tenter de maintenir une "unité" avec les autorités lors de tensions ne semblent plus être aussi efficaces.

     Heurts entre la police et les opposants à une usine polluante en Chine. Drapeau chinois mis à l'envers contre le nationalisme Han


    Puisque l'on parle des méfaits des entreprises pétrolières en Chine, signalons une action de SFT demandant au Premier Ministre canadien Stephen Harper de s'opposer à la vente de l'entreprise canadienne Nexen à la China National Offshore Oil Company (CNOOC), rendant indirectement le Canada complice des méfaits de cette compagnie qui participe activement à la sédentarisation forcée des nomades tibétains au Tibet.


    votre commentaire
  •  

    Tsephag Kyab, 21, set himself on fire in Labrang region in Sangchu County, Eastern Tibet
    Tsephag Kyab, 21 ans, s'est immolé à Labrang (Est du Tibet)

    DHARAMSHALA, 27 octobre: Quatre Tibétains se sont immolés dans les 2 jours passés dans trois différentes régions du Tibet.

    Tsephag Kyab, 21 ans, s'est immolé hier aux environ de 19h (heure locale) à Labrang. Il est mort des suites de son acte sur place. Il avait crié des slogans demendant la liberté au Tibet, le retour du Dalaï Lama, la libération du Panchen Lama et de tous les prisonniers politiques.

    Thupten, un Tibétain vivant dans le sud de l'Inde ayant des contacts dans la région ajoute "un grand nombre de Tibétains locaux ont rejoint les lieux et empêché la police chinoise de saisir son corps." "Juste après l'immolation, un grand nombre de Forces Armées chinoises et de Forces de Sécurité se sont déployées dans la région, maintenue dans un état de tension et de stricte surveillance."

    Plus tôt dans la journée, Lhamo Tseten, 24 ans s'était lui même immolé à Amchok.

    Le 25 octobre, 2 Tibétains cousins se sont immolés dans la municipalité de Phampa, canton de Driru, dans le Kham (Est du Tibet).

    Tsepo, 20 ans et Tenzin, 25 ans ont mis feu à leurs corps près d'une école. Les informations sur leur état sont incertaines mais Tsepo est présumé décédé. Ils ont clamé des slogans appelant également à la liberté au Tibet et le retour du Dalaï Lama.

    Tenzin était un ancien élève du TCV de Suja en exil en Inde ou il avait étudié jusqu'à il y a encore 6 mois.

    Depuis 2009, ce sont maintenant 62 Tibetains et Tibétaines qui se sont immolés par le feu dans une vague de protestation contre l'occupation chinoise et réclamant leur liberté.

    D'après un article de Phayul

    L'Intensification des immolations et de la répression au Tibet appelle à une réaction immédiate de la communauté internationale et une solidarité des population ! 

    Retrouvons nous à la manifestation mercredi prochain le 31 octobre à Paris !

    LE TIBET SERA LIBRE !



    votre commentaire