• 15 Novembre, Dharamsala .

    Deux nouvelles immolations viennent s’ajouter à la liste alarmante de cette vague de protestation par auto-immolation au Tibet atteignant aujourd’hui 74 personnes depuis 2009 (12 rien que pour ce mois de novembre).

    Tangzin Dolma, 23 ans, s’est immolée aux alentours de 12h (heure locale) à Tsemo, dans la région de Rebkong (Est du Tibet), déjà sous haute tension, particulièrement ces derniers jours entre immolations et manifestations massives contre l’occupation chinoise.

    Des sources en exil rapportent que des Tibétains ont commencé à se rassembler à Tsemo après avoir pris connaissance de cette nouvelle immolation. Des funérailles sont prévues dans la soirée, rassemblant la population locale et des moines du monastère de Rongwo attendus.

    Plus tôt dans la journée, dans la même région,  Kharbum Gyal, un Tibétain adolescent s’est immolé et est décédé des suites de son action.

    Comme leurs prédécesseurs, ils ont demandé la liberté au Tibet et le retour du Dalaï Lama d’exil.

    Ces immolations interviennent le jour où, en Chine, le Parti Communiste Chinois dévoile la nouvelle nomination de son Polit Burro à l’occasion de son 18ème congrès, voyant l’arrivée à sa tête et à la tête de la Chine le nouveau numéro 1 Xi Jinping.

    Les Tibétains en exil et leurs soutiens pointent la crise actuelle au Tibet comme un problème immédiat et critique, les immolations et manifestations s’intensifiant.

    Source : Phayul

    Students For a free Tibet, les organisation tibétaines et associations de soutien continueront à maintenir la pression, pour faire du Tibet le problème n° 1 de Xi Jinping !

    2 immolations au Tibet aujourd'hui alors que Xi Jinping devient n°1 du régime de Pékin



    votre commentaire
  • L'Histoire s'écrit en ce moment au Tibet.

    Alors que s'ouvrait le 18ème congrès du Parti Communiste Chinois, les immolations au Tibet, se sont succédées de façon alarmante, atteignant  le nombre de 72 confirmées depuis 2009.

    Les dernières personnes s'étant immolées sont :

    -Tamdin Tso, laïque de 23 ans, immolée et décédée le 7 Novembre à Rebkong
    -Kelsang Jimpa, moine de 18 ans, immolé le 8 Novembre à Rebkong (sans nouvelles)
    -Gonpo Tsering, laïc de 19 ans, immolé et décédé  le 11 Novembre à Lushoe
    -Nyingkar Tashi, 24 ans, immolé le 12 Novembre à Rebkong (sans nouvelles)
    -Nyingchag Bum, laïc de 20 ans, immolé et décédé le 12 Novembre à Rebkong

    Le 9 Novembre, on apprenait que plus de 10 000 personnes, principalement des étudiants sont descendus dans les rues de Rebkong, au Nord Est du Tibet depuis 2 jours. La présence policière s'est intensifiée, mais les camions militaires ont été un temps bloqués par la foule qui devenait de plus en plus importante. Lors de cette situation très tendue, les étudiants scandaient des slogans appelant à la liberté au Tibet et au Retour du Dalaï Lama. 

    Le 8 Novembre, environ 700 collégiens ont mis à bas les drapeaux chinois présents sur les bâtiments de leurs écoles et sur les bâtiments du gouvernement de la municipalité de Dowa.

    Le 11 novembre, un groupe de Tibétains de Tsolho dans la région de Ba (Est du Tibet), répondant à la manifestation de Rebkong, ont pris part à une marche pacifique de 40km , appelant à la Liberté et souhaitant une longue vie au Dalaï Lama. (Photos : Phayul)


    La presse francophone semble être sortie de son indifférence globale, publiant plusieurs articles ces derniers jours, notamment au sujet des immolations (le Monde, Courrier International, Le Figaro, France 24, Rue 89 et encore Rue 89, NouvelObs. Signalons aussi l'émission à venir le 15 Novembre sur France 2 "Envoyé Spécial : Les immolés du Tibet").

    Si l'on peut se réjouir que la presse s'intéresse à nouveau (timidement) au Tibet, on peut regretter que le sujet soit peut être trop traité sous un angle religieux. Les immolations sont le fait de moines ET de laïcs. Les dernières immolations en sont bien l'exemple. Avant d'être des moines ou des laïcs, les personnes qui choisissent de s'immoler sont des individus, des jeunes, des parents, des nomades, des fermiers, des étudiants. Ces actes ne sont pas réalisés comme religieux mais comme des actes de défiance politique. Les Tibétains et Tibétaines qui se sont immolé-es ne l'ont pas fait au nom d'une religion mais pour réclamer la liberté de leur pays et de leur peuple. De même, les médias relatent plus les faits relatifs aux immolations, se questionnant sur l'attitude appropriée ou non du Dalaï Lama (oubliant parfois au passage que c'est maintenant un Premier Ministre laïc, Lobsang Sangay, qui est le représentant du peuple tibétain), et passent à la trappe les manifestations rassemblant des milliers de personnes, qui, dans la situation de répression actuelle, nécessitent également un immense courage.

    La réalité du Tibet aujourd'hui, ça n'est pas seulement une spirale dramatique d'immolations, mais aussi une population sous occupation coloniale qui se soulève contre un régime, déchire ses drapeaux et défie son armée en marchant pacifiquement.

     

    Nous devons soutenir de toutes nos forces la lutte courageuse et déterminée du peuple Tibétain. Nous devons rendre hommage aux personnes qui se sont immolées, nous devons envoyer le message aux Tibétains vivant sous l'occupation chinoise qu'ils sont entendus et soutenus.

    Vive la lutte du peuple Tibétain !

    Vive la Tsampa Revolution !

    A Bas la Chine Colonialiste et sa Répression !

    Le Tibet sera Libre !





    1 commentaire
  •  

    Tsephag Kyab, 21, set himself on fire in Labrang region in Sangchu County, Eastern Tibet
    Tsephag Kyab, 21 ans, s'est immolé à Labrang (Est du Tibet)

    DHARAMSHALA, 27 octobre: Quatre Tibétains se sont immolés dans les 2 jours passés dans trois différentes régions du Tibet.

    Tsephag Kyab, 21 ans, s'est immolé hier aux environ de 19h (heure locale) à Labrang. Il est mort des suites de son acte sur place. Il avait crié des slogans demendant la liberté au Tibet, le retour du Dalaï Lama, la libération du Panchen Lama et de tous les prisonniers politiques.

    Thupten, un Tibétain vivant dans le sud de l'Inde ayant des contacts dans la région ajoute "un grand nombre de Tibétains locaux ont rejoint les lieux et empêché la police chinoise de saisir son corps." "Juste après l'immolation, un grand nombre de Forces Armées chinoises et de Forces de Sécurité se sont déployées dans la région, maintenue dans un état de tension et de stricte surveillance."

    Plus tôt dans la journée, Lhamo Tseten, 24 ans s'était lui même immolé à Amchok.

    Le 25 octobre, 2 Tibétains cousins se sont immolés dans la municipalité de Phampa, canton de Driru, dans le Kham (Est du Tibet).

    Tsepo, 20 ans et Tenzin, 25 ans ont mis feu à leurs corps près d'une école. Les informations sur leur état sont incertaines mais Tsepo est présumé décédé. Ils ont clamé des slogans appelant également à la liberté au Tibet et le retour du Dalaï Lama.

    Tenzin était un ancien élève du TCV de Suja en exil en Inde ou il avait étudié jusqu'à il y a encore 6 mois.

    Depuis 2009, ce sont maintenant 62 Tibetains et Tibétaines qui se sont immolés par le feu dans une vague de protestation contre l'occupation chinoise et réclamant leur liberté.

    D'après un article de Phayul

    L'Intensification des immolations et de la répression au Tibet appelle à une réaction immédiate de la communauté internationale et une solidarité des population ! 

    Retrouvons nous à la manifestation mercredi prochain le 31 octobre à Paris !

    LE TIBET SERA LIBRE !



    votre commentaire
  • Lhamo Tseten, 24 ans s'est immolé à Labrang (Nord Est du Tibet) le 26/10/12Une information du journal Tibet Post confirmée par l'administration tibétaine en exil rapporte qu'un Tibétain nommé Lhamo Tseten s'est immolé le 26 octobre à Amchok (Nord Est du Tibet) vers 14h30 (heure locale) près d'un camp militaire chinois. Il était marié et père d'une fille de 2 ans. Il est décédé des suites de son action où il a crié des slogans pour la libération du Tibet et le retour du Dalaï Lama jusqu'à son dernier souffle.

    Il est le 59 ème Tibétain à s'immoler depuis 2009. C'est la 4ème immolation dans la région cette semaine et la 9ème ce d'octobre. 

    Les organisations tibétaines en exil et soutiens sont toujours plus préoccupés et mobilisés face à la situation de tension extrême qui sévit actuellement au Tibet.

    Une manifestation aura lieu à l'occasion du Lhakar mercredi 31 octobre à Paris.

     


    votre commentaire
  • Dorjee Rinchen, 58 ans s'est immolé le 23 octobre à 15h30 (heure locale) près d'un camp militaire chinois situé dans le canton de Sangchu (nord-est du Tibet), où s'étaient déjà immolé Lhamo Kyab and Dhondup samedi et lundi dernier.

    Dernières immolations au Tibet

     

    58 immolations au Tibet depuis 2009.

    Agissons ! Continuons de soutenir la lutte du peuple tibétain ! Donnons échos à leurs actions !

    Le Tibet sera Libre !

    Agissez !

    Signez et faites signer la pétition STAND UP FOR TIBET !

    Participez à nos actions, soutenez nous, rejoignez Students for a Free Tibet-France !


    votre commentaire
  • Sur Tibet-info.net


    Dondhup, un Tibétain de 60 ans environ, s’est immolé par le feu lundi 22 octobre à 9h47 (heure locale) à Labrang, au nord-est du Tibet, dans le canton de Sangchu selon des sources à l’intérieur du pays, deux jours après le même geste désespéré d’un autre Tibétain à proximité de ce haut lieu du bouddhisme.
    Des sources au Tibet en contact avec la communauté en exil rapportent que "les forces de sécurité chinoises seraient arrivées sur place en peu de temps, essayant d’éteindre les flammes et l’auraient ensuite transporté loin des regards"
    "A ce moment-là, il n’était pas sûr qu’il soit encore en vie" indique Lhachab Jinpa, un officiel du mouvement tibétain Gu-Chu-Sum, l’organisation des prisonniers politiques en exil.
    Les sources rapportent que "Dondhup se serait immolé au monastère de Labrang, dans le canton de Sangchu, lançant des slogans contre le gouvernement chinois. Les forces de sécurité chinoises, postées près du monastère ont accouru vers lui et ont essayé d’éteindre les flammes".
    Sur une photo prise sur place le 22 octobre 2012, on peut voir Dhondup, allongé sur le sol, le corps en train de brûler après s’être immolé. L’image reçue du Tibet quelques heures après l’auto-immolation montre Dondhup grièvement blessé. Ce suicide a été confirmé par l’association International Campaign for Tibet (ICT), dans un courriel à l’AFP.

    Dondhup est la dernière personne à avoir suivi cette forme de protestation symbolique qui sévit au Tibet depuis 2009 et qui a aujourd’hui atteint le nombre de 57.

    Sources :Tibet-info.net d'après AFP, Carole, correspondant local à Dharamsala, et associations citées dans l’article.
    Photo (difficile) de l’immolation de Dhondup sur Phayul


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique