• Contre un hôtel de Luxe à Lhassa : Intercontinental hors du Tibet !

     
    Intercontinental Hotels Group, propriétaire des Holiday Inn, devrait ouvrir un hôtel de luxe à Lhassa, capitale du Tibet, occupé par la Chine.

    L'hôtel Intercontinental Resort Lhasa Paradise sera une aire de jeu pour les riches au coeur d'un pays opprimé.

    Intercontinental, en apposant le nom "Lhasa Paradise" veut vendre l'image d'un pays pacaifique, spirituel et intact, mais après plus de 60 ans d'occupation militaire par la plus grande dictature du monde, le  Tibet n'a rien d'un paradis.

    Mobilisation contre Intercontinental : Parasites au Paradise
    La firme et l’hôtel
    Le Groupe d’hôtels Intercontinental (IHG) est le plus grand groupe hôtelier du monde ; il possède, parmi tant d’autres, les chaînes Holiday Inn et Crowne Plaza. « Intercontinental » est sa marque de luxe, avec environ 170 hôtels Intercontinental dans le monde. Le Groupe met en avant la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE), avec un site qui lui est consacré, une page Facebook et un compte Twitter. Il possède des intérêts importants en Chine, pays au cœur de sa stratégie de développement pour les décennies à venir.
    En 2010, le Groupe a annoncé qu’il avait l’intention d’ouvrir un hôtel de luxe à Lhasa de 1 100 chambres, qui s’appellera l’Intercontinental Resort Lhasa Paradise. L’hôtel se situera en périphérie de Lhasa, à 4 km du Barkhor, à l’est de la ville. L’hôtel proposera toutes les infrastructures nécessaires aux hommes d’affaires. Son ouverture, prévue à l’origine en 2012, a été retardée et est maintenant programmée pour 2014. Le Groupe recrute pour des postes de cadres supérieurs mais, sur le site, il n’est nullement question, dans les « prochaines ouvertures », d’un hôtel à Lhasa.
    Le Groupe dirige les hôtels, plutôt qu’il ne les possède. L’hôtel, en cours de construction, est aux mains d’Exhibition and Travel Group (ETG), une très grosse société immobilière basée dans le Sichuan et dont le président, Deng Hong, entretient des liens étroits avec le régime. En avril 2013, la presse chinoise a raconté qu’il avait fait l’objet, avec d’autres dirigeants d’ETG, d’une enquête pour corruption.
    Objections à cet hôtel
    Un énorme hôtel de luxe à Lhasa confère une réelle légitimité à l’occupation chinoise, sans se soucier des violations des droits de l’homme et de la marginalisation économique des Tibétains au Tibet, ce qui contribue à propager l’image fallacieuse d’un Tibet heureux et paisible en accréditant la propagande chinoise et en cachant volontairement la destruction de la culture tibétaine et l’oppression du peuple tibétain. Un hôtel international s’appuie, tant dans la sphère publique que dans le monde des affaires, sur le côté attractif de la destination. Le Groupe (jusque dans le choix du nom « Paradis de Lhasa ») communique sur le fait que Lhasa est une ville heureuse et paisible, un lieu où la culture tibétaine est respectée et protégée – ce qui, en réalité, est exactement le contraire. Le Groupe lui-même (IHG) est une marque de luxe internationale qui met en avant son engagement dans les pratiques éthiques. Cet hôtel est un véritable cadeau de relations publiques à la Chine.
    Actuellement, 99% des visiteurs au Tibet sont chinois. A cause des restrictions faites aux voyageurs étrangers pour se rendre au Tibet, l’hôtel s’appuiera plutôt sur la clientèle d’affaires chinoise, tant pour les chambres que pour les salles de réunions, de conférences et autres infrastructures. Les touristes chinois préfèrent d’ordinaire le côté « parc d’attractions à la Disneyland » de Lhasa et n’éprouvent qu’indifférence à l’égard de la communauté locale ou à la véritable culture tibétaine. En tant qu’hôtel haut de gamme, l’Intercontinental attirera les fonctionnaires très bien payés (ou très corrompus) du Parti communiste chinois, et leurs riches affidés qui sont dans les affaires. Le Parti (et/ou l’armée) pourra même envisager d’utiliser ces infrastructures pour faciliter et poursuivre sa politique répressive au Tibet.
    Dans une société aussi inégalitaire que celle en vigueur au Tibet, les Tibétains ne tireront vraisemblablement aucun profit de ce nouveau projet. En cas de créations d’emplois, les meilleurs iront aux immigrants chinois, capables d’accueillir la clientèle chinoise dans sa langue, et afin d’éviter d’éventuelles tensions ethniques entre Chinois et Tibétains en cas de collaboration. L’hôtel appartient à une compagnie chinoise et les bénéfices sortiront du Tibet pour profiter à la Chine et au Groupe en Angleterre. Par ailleurs, les offres d’emploi pour les postes d’encadrement ont été passées en anglais et en chinois mais pas en tibétain, pour autant que l’on sache.
    En 2011, le Groupe a promis à Free Tibet d’aborder les sujets qui préoccupent ces derniers avec la « communauté locale et le gouvernement local », ce qui montre leur naïveté et leur méconnaissance de la situation réelle au Tibet. Au cours d’une rencontre avec Free Tibet et SFT UK en juillet dernier, des cadres supérieurs d’IHG ont été incapables, malgré leur ancienneté, de répondre à nos questions et à nos accusations et l’on peut se demander s’ils ont seulement mené une étude sur les impacts sociaux et sur les droits de l’homme avant de donner le feu vert à ce projet. Leur décision prouve, au mieux, leur ignorance et leur irresponsabilité, au pire leur cynisme et leur soif de profit. Nous sommes dans l’attente de leur prochaine communication.
    Action contre Intercontinental le 5 aout dernier des association Free Tibet et Students for a Free Tibet :
    Pour rejoindre la campagne : http://www.freetibet.org/intercontinental
    Pour participer à la journée internationale de mobilisation le 5 novembre :
     

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    paolo stornelli
    Mardi 5 Novembre 2013 à 19:31

    Non c'è limite alla vergogna!!!

    2
    Lundi 2 Octobre à 12:17

    Your blogs are easily accessible and quite enlightening so keep doing the amazing work guys.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :