• Chine : des associations de presse dénoncent une dégradation des conditions de reportage

    Vu sur le site de RFI

    La liberté de la presse est encore attaquée en Chine. Trois associations de correspondants étrangers basées à Pékin, Shanghai et Hongkong se déclarent, ce mardi 21 août, « extrêmement préoccupés par des incidents récents aux cours desquels des journalistes ont été menacés, harcelés, voir brutalisés lors de reportages en Chine ». Ce n’est pas la première fois que ce genre d’attaques se produit, mais leur fréquence et le fait que des membres des forces de sécurité officielles aient pu y être mêlés, témoigne d’une dégradation du métier d’informer dans le pays.

    Des policiers empêchent un journaliste étranger de pénétrer dans le centre commercial de Wangfujing à Pékin, le 27 février 2011.
    Des policiers empêchent un journaliste étranger de pénétrer dans le centre commercial de Wangfujing à Pékin, le 27 février 2011.
    Reuters/Petar Kujundzic

     

    « La Birmanie vient de décréter l’abolition de la censure, mais chez nous rien ne bouge ». Cette critique lue sur les réseaux sociaux chinois, ce mardi 21 août, va dans le sens de ce communiqué du Club des correspondants étrangers en Chine (FCCC). L’organisation, considérée comme « illégale » par Pékin, donne plusieurs exemples des agressions dont ont été victimes certains de ses membres récemment.

    « Tuez les espions étrangers »

    Le 28 juillet dernier, un journaliste japonais qui souhaitait couvrir une manifestation antipollution à Nantong a été battu par des policiers. Le 10 août à Hefei, c’est un reporter de Hongkong qui est agressé devant le palais de justice, là encore par des hommes en uniforme. Les incidents rapportés par la télévision allemande dans la province du Henan, le 11 août dernier, sont encore plus graves. Une équipe de la chaîne ARD raconte avoir été menacée par une foule en colère et détenue dans la cantine d’une usine chimique située près de la ville de Jiaozuo, dans le comté de Zhong Shan.

    « Les gardes de l’usine nous ont empêchés de filmer, affirme la chaîne dans un communiqué. Les responsables de l’usine avaient apparemment désinformé et monté les travailleurs contre nous, leur disant que nous étions des espions. Les ouvriers ont pris d’assaut le bâtiment (…), puis nous ont attaqués et confisqués notre caméra (…). Ils nous ont forcés à effacer nos enregistrements sans pour autant nous laisser partir. A l’extérieur, les ouvriers criaient "Tuez les espions étrangers !" Nous avons été détenus pendant 9 heures. »

    Pas de visa pour al-Jazira

    Ces méthodes ne sont pas nouvelles, mais jusqu’à présent les forces de l’ordre étaient rarement impliquées. L’année dernière, les révoltes arabes, qui ont pourtant eu un très maigre écho en Chine, avaient déjà entraîné une certaine fébrilité au sein de l’appareil de sécurité publique vis-à-vis de la presse. En mai dernier, une centaine de journalistes étrangers basés en Chine ont fait ainsi état d’une nette dégradation de leurs conditions de travail au cours de l’année écoulée. Enquête balayée d’un revers de main par la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mme Jiang Yu, estimant alors que la liberté d’informer s’était « accrue » en Chine.

    Les faits récents, dénoncés ce mardi par trois associations des journalistes accrédités en Chine, semblent pourtant dire le contraire. A la fin du mois de février, l’envoyée spéciale permanente du bureau anglophone d’al-Jazira, à Pékin, a dû quitter le territoire faute d’avoir pu renouveler son visa. Pour la première fois depuis 1998, une journaliste étrangère a ainsi de facto été expulsée, ont noté les observateurs. Cette décision « marque une vraie détérioration de l’environnement médiatique en Chine et envoie le message que la couverture internationale n’est pas souhaitée », a ainsi souligné le Comité de protection des journalistes, une organisation basée à New York. Certains voyant dans ces incidents à répétitions, un avertissement des autorités chinoises à la veille d’un congrès crucial pour le renouvellement de la direction du Parti communiste chinois.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :