• Manifestation pour la libération du Panchen Lama à Paris

    (Plus de détails à venir)


    votre commentaire
  • Rassemblement jeudi 25 avril 2013 17:00 – 19:30 

    Place Igor Stravinsky (à coté de Centre Pompidou)
    Metro Rambuteau, ligne 11

    Manifestation : Liberté pour le Panchen Lama : 25 Avril 2013

    Gendhun Choekyi Nyima avait 6 ans lorsque lui et ses proches ont été enlevés par les autorités chinoises. Pourquoi ? Parce qu’il venait d’être reconnu par le système traditionnel tibétain comme étant la réincarnation du Panchen Lama, le deuxième plus haut chef spirituel du bouddhisme tibétain. C’était en juillet 1995. Un an plus tard, les autorités chinoises avouèrent détenir l’enfant. Malgré les fortes pressions de la communauté internationale et des ONG, la Chine a jusqu’à aujourd’hui refusé tout droit de visite au Panchen Lama, prétextant le détenir « pour sa sécurité ». Depuis son enlèvement il y a 18 ans, nous restons donc sans aucune nouvelle du Panchen Lama, de sa famille et des 26 personnes de son entourage, enlevés eux aussi. Le 25 avril 2013, celui qui fut reconnu comme étant le plus jeune prisonnier politique de l’histoire aura 24 ans.

    Où sont-ils? Sont-ils encore vivant?

    Gendhun CHoekyi Nyima, the 11th Panchen Lama, born 25th April 1989. Kidnapped by the Chinese government on 17 May 1995. Since then no news on their whereabouts or health.

    Where are they? Are they still alive?

    Join SFT France on Thursday 25th April, as we commemorate the 24th birthday of the Panchen Lama, and urge China to give answers on where he is.

    Cela fait 18 ans que Le Panchen Lama est emprisonné, nous voulons avant tout avoir des nouvelles de lui et ses proches !

    N'hésitez pas à diffuser la nouvelle et à venir nombreux nous rejoindre!

     

    Liberté pour le Panchen Lama !

    Vive le Tibet Libre !



    Place Igor Stravinsky (à coté de Centre Pompidou)
    Metro Rambuteau, ligne 11

    Evènement FB


    votre commentaire
  • La journée du 10 mars 2013 correspond au 54ème anniversaire du soulèvement national des Tibétains contre l’occupation chinoise.

    Manifestation pour le Tibet, 10 mars 2013, Paris et Bruxelles

     

    SFT-France - Etudiants pour un Tibet Libre France appelle à une manifestation le dimanche 10 mars 2013 à 15h Esplanade du Trocadéro à Paris.

    Une marche de protestation est prévue de la place du Trocadéro vers l’Ambassade de la République populaire de Chine à Paris.

    Métro : ligne 9, 6 Trocadéro

    Cette manifestation est notamment organisée pour les Tibétain-es et leurs soutiens ne pouvant pour des raisons d'agenda ou financières se rendre à la manifestation européenne.

    En effet le même jour, les communautés tibétaines d'Europe appellent à une manifestation internationale à Bruxelles

     

    Le 10 mars, pour le Tibet, soyaons dans la rue, Paris ou Bruxelles, faisons entendre la voix du Tibet !

     

     

     


    1 commentaire
  • Chaque pays a une journée nationale ou d’indépendance suivant sa situation politique actuelle et le Tibet n’est pas une exception. Le 13 Février 2013 marquera 100 ans depuis que le Tibet a proclamé la restauration de son indépendance. A Paris, il y aura un rassemblement devant l'Ambassade de Chine à partir de 15h. Mais où que vous soyez, vous pourrez participer à cette journée historique. 


      
     
     
    Les 5 choses que chacun peut faire le 13 Février 2013:
     

    1. Hisser un nouveau drapeau tibétain sur votre maison, à votre fenêtre, en signe de souveraineté du Tibet.
    2. Encadrer la Proclamation de l'Indépendance du Tibet et l’accrocher la sur votre mur.
    3. Organiser une cérémonie publique de montée du drapeau tibétain ainsi qu’une lecture de la proclamation dans votre ville. Filmez votre lecture dans les différentes langues et avec différents cadres (bâtiments officiels, monuments historiques etc...) et postez vos enregistrements sur des sites d'hébergement vidéos .
    4. Imprimer des centaines de copies de la Proclamation et les coller à travers votre ville et les distribuez aux passants.
    5. Déposer des copies de la Proclamation aux consulats et ambassade de Chine en France et leur faire savoir que les Tibétains déclarent l’Indépendance une nouvelle fois.

     
    La Proclamation de l’Indépendance du Tibet rédigée par le XIII Dalai Lama le 13 février 1913 en tibétain suivi de sa traduction en français (téléchargement en haute définition possible ici): 

    100 ans de la proclamation de l'Indépendance du Tibet 5 choses que chacun peut faire le 13 Février 2013

     "Moi, le Dalaï Lama, le plus omniscient détenteur de la foi bouddhiste, dont le titre fut conféré selon les ordres du seigneur Bouddha de la glorieuse terre de l’Inde, je vous parle ainsi: Je m’adresse à toute la population tibétaine. Le seigneur Bouddha, du glorieux pays de l’Inde, a prophétisé que les réincarnations d’Avalokiteshvara, à travers une succession de dirigeants à partir des premiers rois de la religion jusqu’à aujourd’hui, veilleraient au bien-être du Tibet. Du temps de Gengis Khan et d’Altan Khan, des Mongols, de la dynastie Ming des Chinois et de la dynastie Qing des Mandchous, le Tibet et la Chine ont coopéré sur la base de la relation prêtre et protecteur. Il y a quelques années, les autorités chinoises au Sichuan et au Yunnan se sont efforcées de coloniser notre pays. Elles amenèrent un grand nombre de troupes à l’intérieur du Tibet sous le prétexte d’assurer la police du commerce. Par conséquent, j’ai quitté Lhassa avec mes ministres pour la frontière indo-tibétaine, dans l'espoir de clarifier à l'empereur mandchou par télégraphe que la relation existant entre le Tibet et la Chine avait été celle de prêtre et protecteur, qu’elle n’avait pas été fondée sur la subordination de l’un à l’autre. Il n’y avait d’autre choix pour moi que de franchir la frontière, car les troupes chinoises me suivaient avec l’intention de me prendre mort ou vif. A mon arrivée en Inde, j’ai envoyé plusieurs télégrammes à l’empereur mais sa réponse à mes demandes fut retardée par des fonctionnaires corrompus à Pékin. Pendant ce temps, l’empire mandchou s’est effondré. Les Tibétains furent encouragés à expulser les Chinois du Tibet central. De même, je revenais sans dommage vers mon pays légitime et sacré, et maintenant je suis en train de chasser les restes des troupes chinoises du Do Kham au Tibet Oriental. Maintenant, l’intention chinoise de coloniser le Tibet, grâce à la relation prêtre et protecteur, s’est évanouie comme un arc en ciel dans l’espace. Ayant une fois encore pour nous une période de bonheur et de paix, j’assigne dorénavant à chacun d’entre vous les devoirs suivants à accomplir sans la moindre négligence :

    1. La paix et le bonheur dans le monde ne peuvent être maintenus qu’en sauvegardant le bouddhisme. Ainsi, il est essentiel de sauvegarder toutes les institutions bouddhiques du Tibet, tels les sanctuaires de Jokhang et de Ramoché, Samyé et Tradoug au Tibet méridional …

    2. Les différentes écoles bouddhistes au Tibet doivent être gardées dans leurs formes pures et distinctes. Il faut enseigner, apprendre et méditer le bouddhisme de façon adéquat. A l’exception de certaines personnes désignées, l’administration des monastères est interdite de commerce, de prêts d’argent, de toute affaire liée au cheptel et/ou à l’assujettissement de sujets d’autrui.

    3. Lors de la perception d’impôts ou lorsqu’ils traitent avec les citoyens, les fonctionnaires civils et militaires du gouvernement tibétain doivent accomplir leurs devoirs de manière équitable et honnête, pour le bénéficie du gouvernement, sans nuire aux intérêts des sujets-citoyens. Quelques-uns des officiels du gouvernement en poste au Ngari Korsoum au Tibet occidental, et au Do Kham au Tibet oriental, contraignent leurs sujets-citoyens à acheter les marchandises à un prix élevé et ont imposé des droits de transport excédant la limite autorisée par le gouvernement. Des maisons, des propriétés et des terres appartenant à leurs sujets-citoyens ont été confisquées sous le prétexte d’entorses mineures faites à la loi. Divers châtiments physiques sont bannis : ainsi, l’amputation de membres était pratiquée en guise de punition. Dorénavant, des traitements aussi sévères sont interdits.

    4. Le Tibet est un pays riche en ressources naturelles, mais n’est pas aussi avancé scientifiquement que d’autres pays. Nous sommes une petite nation religieuse et indépendante. Pour demeurer dans la course, il nous faut défendre notre pays. En regard des invasions étrangères passées, notre peuple peut avoir à faire face à certaines difficultés dont il ne doit pas faire cas. Afin de sauvegarder et de maintenir l’indépendance de notre pays, tout un chacun doit travailler dur. Nos sujets-citoyens résidant à proximité des frontières doivent être en alerte et tenir le gouvernement informé de tout développement suspect par des messagers spéciaux. Nos sujets ne doivent pas créer d’affrontements majeurs à cause d’incidents mineurs.

    5. Bien que faiblement peuplé, le Tibet est un grand pays (en superficie). Certains fonctionnaires et propriétaires fonciers font jalousement obstruction à d’autres désireux de développer des terres vacantes, même si eux n’en font pas autant. Ceux qui manifestent pareilles intentions sont les ennemis de l’Etat et de notre progrès. À partir de maintenant, nul n’a le droit de faire obstacle à quiconque souhaite cultiver des terres vacantes. Les impôts fonciers ne seront pas collectés avant que trois ans auront passé, après quoi le cultivateur terrien aura à payer des impôts au gouvernement et au seigneur tenancier tous les ans, en proportion du fermage. La terre appartiendra au cultivateur. Vos devoirs vis-à-vis du gouvernement et du peuple auront été accomplis quand vous aurez exécuté tout ce que j’ai dit ici. Cette missive doit être affichée et proclamée dans chaque district du Tibet, et une copie doit-être gardée dans les registres des bureaux de chaque district. Palais du Potala, Sceau du Dalaï Lama "


    votre commentaire
  • Lettre ouverte à Martine Aubry à propos de sa mission diplomatique en Chine

     

    Lettre ouverte à Mme Martine Aubry à l’occasion de son voyage de mission diplomatique en Chine  


    Paris, le 18 janvier 2013


    Madame la chargée de mission diplomatique,


    Nous avons appris par voie de presse votre prochain voyage en République Populaire de Chine, dans le cadre de votre mission diplomatique confiée par M. Laurent Fabius, ayant pour but « de mener un travail de fond».
    Vous n’êtes pas sans savoir que le gouvernement chinois mène depuis des décennies une politique porteuse de graves atteintes aux Droits de l’Homme envers les populations qu’elle dirige.
    Ce régime non-démocratique est à l’origine de l’occupation du Tibet, débutée par une invasion en 1950 et complète à partir de 1959, avec le départ du gouvernement souverain du Tibet et une intense politique de répression qui n’a jamais cessé. Depuis les révoltes au Tibet de 2008, cette répression s’est à nouveau intensifiée : emprisonnements, tortures, disparitions forcées, violences des forces de polices sur des rassemblements pacifiques entrainant des morts, intimidations. La tension actuelle au Tibet, accompagnée d’une fermeture complète aux enquêteurs indépendants, médias et étrangers, se traduit par une présence militaire toujours renforcée. Face à cela, des Tibétains et Tibétaines, religieux ou laïques, parfois parents, ont fait le choix de s’immoler par le feu pour protester contre l’occupation de leur pays, réclamer la liberté et le retour du Dalaï lama au Tibet. Ce sont maintenant 96 personnes qui se sont immolées dans une vague ayant débuté en février 2009 à Kirti avec Tapey et dont la dernière à notre connaissance est Tsering Tashi (Tsebhe), immolé à Amchok (Amdo) le 12 janvier 2013.
    Le choix du recours à l’immolation marque la détermination et la défiance du peuple Tibétain envers les autorités chinoises, mais aussi la spirale de tension et l’absence de réaction internationale dans laquelle s’inscrit la lutte du peuple tibétain aujourd’hui. Cette lutte qui ne se limite d’ailleurs pas à ces immolations mais à de nombreuses manifestations, le refus de l’enseignement en langue chinoise dans les écoles, la défense de la culture tibétaine à travers le mouvement Lhakar.
    Un tel mouvement et une telle répression ne peuvent laisser la communauté internationale, en particulier la France et ses représentants, indifférents et silencieux.

    Le Dalaï Lama s’est maintenant complètement retiré de la vie politique, laissant la direction du gouvernement en exil à un premier ministre élu démocratiquement. Les autorités en exil et toute la communauté tibétaine en exil, accompagnées de leurs soutiens, réclament depuis des mois que la répression cesse au Tibet et que le reste du monde réagisse.

    Le régime chinois s’avère également impitoyable en dehors du Tibet. Ouïghours, Mongols, Chinois, avocats et journalistes, militants écologistes et démocrates endurent chaque jour la répression. Récemment avec la grève des journaux Nanfang Zhoumo et Xinjingbao contre la censure, ou cet été à Hong-Kong avec les manifestations contre les menaces pesant sur les libertés, nous voyons chaque jour des oppositions s’élever contre le pouvoir de Pékin. Pour le Tibet comme pour la Chine, l’heure est aux changements et aux conquêtes de libertés.

    Ce sont ces mouvements que la France et l’Europe doivent soutenir, conformément à ce qu’elles affirment être leurs valeurs et leurs engagements. Alors que l’Europe a proposé la nomination d’un un représentant spécial de l'Union européenne pour le Tibet, soutenue en France par le vote du Sénat de la résolution du le 27 novembre 2012, votre visite doit être l’amorce d’une nouvelle position de la France sur ces questions en Chine. Rappelons aussi la déclaration de l'Union Européenne du 14 décembre par la voix de Mme Catherine Ashton, exprimant sa tristesse et son inquiétude face au nombre croissant d'immolations et demandant aux autorités chinoises de respecter les droits des Tibétains. Madame la chargée de mission diplomatique, vous devez porter la voix de celles et ceux qui, en France et dans le monde, exigent la fin de la répression au Tibet et l’ouverture de celui-ci aux médias étrangers et aux instances internationales. Vous devez vous faire le relais de celles et ceux qui réclament la libération des prisonniers politiques.

    Tout silence ou prudence de votre part sera interprété par les autorités chinoises comme une validation de leur politique répressive et une incitation à la poursuivre. Pour la France, pour l’Europe, il est plus que temps d’engager une position nouvelle sur ce sujet.


    Le 13 février 2013 marquera le centenaire de la réaffirmation de l’indépendance du Tibet. Faisons de cette année l’année du changement, pour le Tibet, pour la Chine, pour la démocratie.


    Entre de bons partenariats économiques, des relations fructueuses et la défense des libertés, il n’y a pas de choix à faire. Si votre mission et ses objectifs semblent se situer en premier lieu dans le cadre de la nouvelle "diplomatie économique" souhaitée par Laurent Fabius, ils ne peuvent faire l’impasse sur les questions des libertés et des droits humains.


    En vous souhaitant un voyage riche en franchise et discussions concrètes, nous vous adressons nos respectueuses salutations.


    Associations signataires :
    Students for a Free Tibet-France / Etudiants pour un Tibet Libre ; APACT Association Paloise pour l'Art et la Culture du Tibet ; Solhimal ; Association Provence Himalaya ; Tibetlib' ; Comité de soutien au Peuple Tibétain ; Groupe Non-Violent Louis Lecoin ; Alternative tibétaine ; Montagne du Bonheur ; Fondation Alexandra David-Néel ; Association Jamtse Thundel ; Association Yeti ; Autodétermination-Tibet ; Rangzen ; SOS Tibet Nienpo ; Lions des neiges Mont Blanc ; Urgence Tibet ; Niyamdu Dro ; Tibet Libre ; Aide et Espoir pour le Monde Tibétain ; Drôme Ardèche – Tibet ; Association "Le Toit du Monde" ; Objectif Tibet ; Nos amis de l'Himalaya ; Tashi Delek Bordeaux Association Girondine pour le Tibet ; Collectif Tibet Dunkerque ; TIBET 77 ; Yéti Landes ; Tibet-Les-Enfants de l'Espoir ; Aide aux Réfugiés Tibétains ; Culture en exil ; Association "Liberté au Tibet" ; "Tibet, zone de paix" ; Aide à l'Enfance Tibétaine ; Comité de soutien au Peuple Tibétain d'Eure-et-Loir; Tibet Chevaux du Vent; Ecologistes pour le Tibet; Matchik Labdreun-Marseille .

     

    Lire cette lettre au format PDF

     


    1 commentaire
  • 13 février 2013: 100 ans de la proclamation de l'Indépendance du Tibet

    L’année 2013 marque exactement les 100 ans depuis que le Tibet a proclamé la restauration de son indépendance. L’armée Mandchoue avait envoyé des troupes au Tibet en 1909, poussant le 13ème Dalai Lama à s’échapper en Inde. Cependant, alors que la dynastie Mandchoue s’effondrait lors de la Révolution Chinoise, les Tibétains ont saisi l’occasion pour expulser les troupes Mandchoues du Tibet. Le 13ème Dalai Lama retourna au Tibet et publia une proclamation marquant la restauration de l’Indépendance tibétaine. Le texte de cette proclamation a survécu, alors que le document original non.

    Mercredi 13 février, ça ne sera pas seulement Lhakar, mais aussi le 3ème jour du Losar, le nouvel an tibétain. En ce jour propice, nous invitons tous les tibétains et leurs soutiens de Paris et des environs à nous rejoindre devant l’Ambassade de Chine, pour se réapproprier l’Histoire. Ce jour sera célébré comme le jour de l’Indépendance du Tibet, avec une cérémonie d’élévation du drapeau tibétain, dévoilement et lecture de la déclaration en Tibétain et Français, commémoration du courage des martyrs tibétains, se terminant par un lancé symbolique de tsampa.

    Alors que nous avons assisté à plus de 100 immolations au Tibet, nous réaffirmerons la vérité, cette profonde vérité que chacun de ces martyrs a proclamé dans leurs dernières paroles : Le Tibet est une nation indépendante et fière de son histoire.
    Apportez des drapeaux tibétains et rejoignez nous ! Faites partie de ce moment, quand les tibétains à travers le monde entier vont s’élever et réclamer leur Histoire !

    ___________

    The year 2013 marks exactly 100 years since Tibet proclaimed the restoration of its independence. The Manchu army sent troops to Tibet 1909, prompting the 13th Dalai Lama to escape to India. However, as the Manchu dynasty succumbed to a Chinese revolution, Tibetans seized the moment and expelled the Manchu troops from Tibet. The 13th Dalai Lama returned to Tibet and issued a proclamation to mark the restoration of Tibetan independence. The text of this proclamation has survived, though the original document did not.

    Wednesday, February 13th, happens to not only be Lhakar, but also the third day of Losar. On this auspicious day, we invite all Tibetans and Tibet supporters, in and around Paris to join us in front of the Chinese Embassy, as we Reclaim Tibetan History. This day will be celebrated as Tibet's Independence Day - there will be a formal Flag Hoisting ceremony, unveiling and reading of the Declaration in Tibetan and French, commemoration of the brave Tibetan martyrs, and will close with a symbolic mass Tsampa throwing action.

    At this moment, when we have witnessed over 100 self-immolations in Tibet, we will reassert the truth - the very truth that these martyrs proclaimed in their last words - that Tibet is an independent nation, and we are proud of this history.

    Bring the Tibetan National Flag, and join us! Be a part of this moment, when Tibetans all across the world will Rise to Reclaim History!!

    FB event


    Lieu/Venue: Ambassade de Chine, Avenue Georges V, Metro Alma Marceau
    Heure/Time: 15h - 17h



    Tibet Will Be Free - Le Tibet sera Libre !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique